deroulement-seance-laser

Comment se passe une séance d’épilation laser ?

Je suis toujours pressée les jours d’épilation laser. Je me prépare en vitesse en faisant attention à bien faire les choses. Malgré toutes ces précautions, je pars toujours au dernier moment de la maison. Je pousse un soupir de soulagement en constatant que je n’ai pas raté le dernier train me permettant d’arriver dix minutes avant l’heure de mon rendez-vous. Cependant, les péripéties ne s’arrêtent pas là car je fais toujours la même erreur en sortant de la gare la plus proche du centre esthétique : j’emprunte le mauvais itinéraire. Et finalement j’arrive pile à l’heure du rendez-vous, assoiffée.

Les étapes d'une séance d'épilation laser

Les précautions prises avant la séance d'épilation laser

Tout d’abord, je retire le cellophane qui recouvre la peau et je retire l’excédent de crème anesthésiante. Cela a lieu dans une salle de préparation du centre. En effet, il est possible de se rendre au centre esthétique deux heures avant son rendez-vous pour réaliser la préparation de la séance (rasage, application de l’anesthésiant et du cellophane).

Ensuite, j’attends l’arrivée du médecin en m’installant dans la salle de laser après avoir été appelé par l’opératrice qui est en fait une infirmière. La séance ne commence qu’après que le médecin ait analysé la carnation de la peau dans les différentes zones qui bénéficieront du traitement. Cette analyse détermine le type de laser à utiliser et la puissance qui sera appliquée. Concernant ce dernier point, la puissance sélectionnée diffère aussi selon la carnation de la peau, même si la même machine est utilisée. 

Le laser en contact avec la peau

Le médecin s’en va et dans la pièce, il n’y a que l’opératrice, les machines et moi, pour une demi-heure où la douleur et la joie d’imaginer les résultats du traitement se confondent. Elle enfile ses gants et observe ma peau à la loupe, crayon blanc en main pour délimiter les zones de passage du laser. Je ressens toujours la même appréhension quand je suis allongée sur la table médicale car la douleur, bien que temporaire car elle ne dure que pendant le passage du laser, m’effraie. Je me protège les yeux en mettant les lunettes roses ou vertes, selon le type de laser utilisé. Je serre les dents et je respire un bon coup en fermant les yeux.

Le laser balaye la peau assez rapidement. L’opératrice s’assure que l’on se sent bien et que la douleur ressentie est similaire à des piqures d’aiguilles suivies d’une vague de froid pour l’atténuer. Dans le cas où cela ressemblerait plutôt à de la chaleur, les réglages doivent immédiatement être changés pour cause de risque de brûlures.

Après le traitement des zones, la Biafine est appliquée pour apaiser la peau et calmer les rougeurs. Il ne reste plus qu’à payer la séance et programmer la suivante.

L'épilation laser et la douleur

En suivant le sens de la maxime « on garde le meilleur pour la fin », on commence par le pire : les aisselles ! Cette zone, qui est terriblement douloureuse, surprend également par l’odeur de griller qui se dégage au passage du laser.

Gonfler le ventre pour la ligne médiane sous le nombril et le pubis permet de moins ressentir la douleur, bien qu’un peu moins sensibles que les aisselles.

Quant au maillot échancré et à la racine des cuisses, des inspirations et expirations profondes, et étirer la peau avec les mains, apportent un soulagement tel que les piqures soient à peine perceptibles. 

Toutefois, l’arrière des cuisses est sans aucun doute une zone insensible pour moi, de sorte que je ne ressente que la vague de froid du laser. Quelle sensation agréable !

Après une séance d'épilation laser

Les jours suivants la séance d’épilation laser, j’observe ma peau pour déterminer la durée des rougeurs. Dans mon cas, elles ne durent pas plus de vingt-quatre heures.

De plus, je porte une attention particulière à l’évolution de ma pilosité. En effet, peu de temps après ma première séance, j’ai été impressionnée par le fait que les poils ne repoussaient que de quelques millimètres puis tombaient seuls. J’ai observé le même phénomène après la deuxième séance.

Pour information, ces deux premières séances étaient espacées de quatre semaines. Pendant cette période, j’ai fait le choix de ne me raser que le jour de ma deuxième séance. Cela m’a permit de constater que mes poils avaient peu poussé. Je considérais cela comme une grande victoire, même si, en réalité, cela n’était pas significatif pour le cycle pileux.

Après ma deuxième séance d’épilation laser, j’ai reproduit la même expérience. Quelle fut ma joie en constatant que mes poils n’ont commencé à être visibles que huit semaines après, pendant mes vacances au soleil ! 

Quelques informations supplémentaires

L’épilation laser est avant tout un acte médical qui nécessite que des précautions soient prises.

  • Il faut répondre au questionnaire médical avec sincérité, sans mentir.
  • Il est souhaitable de bien appliquer l'anesthésiant local pour ne pas être pénalisé par la douleur qui pourrait être insoutenable pendant la séance.
  • Hydrater sa peau et faire des gommages régulièrement aident à faire tomber les poils et à avoir une peau très douce.

Si tu envisages d’effectuer un traitement laser, est-ce que mon partage d’expérience te rassure ? Si tu as déjà fait cette expérience, comment cela s’est-il passé pour toi ? As-tu as été marquée par la douleur ? Dis moi tout en me laissant un commentaire !

Sommaire
    Add a header to begin generating the table of contents
    Scroll to Top

    Que penses-tu de cet article ?

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      S’abonner  
    Notifier de

    Découvre les autres articles de cette catégorie

    Beauté
    La cure capillaire The Mane Choice Manetabolism Plus
    En savoir plus
    methodes-epilation
    Beauté
    Quelle est la meilleure méthode d’épilation ?
    En savoir plus
    epilation-laser-peaux-noires-et-douleur
    Beauté
    L’efficacité de l’épilation laser sur les peaux noires et la douleur
    En savoir plus

    S'abonner à la newsletter