new-york-map

Mon itinéraire d’une semaine à New-York

Lorsque j’entends " New-York ", la voix d’Alicia Keys raisonne immédiatement en moi avec l’amour qu’elle a chanté pour cette ville si magique. Il m’a fallu beaucoup de temps pour réaliser que j’allais poser mes pieds sur le sol américain, pour la première fois dans une ville si majestueuse.

New-York me voilà !

En pleine préparation de mes valises la veille de mon départ, je reçois un texto m’informant de l’annulation de mon vol avec Air France à cause de la tempête de neige que subissait New-York. Je me suis rendue immédiatement à l’aéroport où j’ai pu obtenir une place dans un vol Delta Airlines pour un départ deux jours après. Cette aventure n’avait pas encore commencé mais était déjà très mouvementée. 

À peine arrivée à l’aéroport JFK que je découvrais les joies des procédures d’admission sur le territoire. J’y ai passé environ quatre heures entre la longue attente en file indienne et le moment où l’agent effectue son entretien. Il se renseigne sur la durée et la raison du séjour, l’hébergement prévu sur place, puis prend quelques informations personnelles.

Quel soulagement cela a été d’arriver à l’hôtel ! J’ai principalement logé au AKA Wall Street. L’hôtel a eu la gentillesse de modifier mes dates de séjour gratuitement, 24 heures avant ma date d’arrivée initiale.

Le personnel y était accueillant, serviable et la réception autorisait la livraison de colis. Le confort et l’aménagement de la chambre dépassait toutes mes espérances. J’ai adoré la salle de bain et son immense douche à l’italienne. Le lit pouvait recevoir trois personnes et était d’un confort absolu. La cerise sur le gâteau était la cuisine dont l’espace a été très bien optimisé mais dans laquelle il manquait peut-être une tablette rabattable avec des chaises hautes pour dîner rapidement par exemple.

Du fait du contretemps climatique qui a précédé mon séjour, j’ai profité du report de mon départ pour prolonger mon séjour d’une journée. J’ai donc passé ma dernière nuit à l’hôtel Ameritania à Times Square. Mon sommeil a été perturbé car ce coin de Manhattan ne dort jamais. Les voitures klaxonnent, les sirènes des ambulances se font entendre. La qualité de l’isolation est donc capitale pour espérer dormir paisiblement à Times Square. Mis à part cela, la chambre était spacieuse et confortable, la salle de bain était très correcte.

Les variations climatiques du mois de Mars sont assez déstabilisantes à New-York. Tantôt le temps est ensoleillé, 10 minutes après il est ventilé, puis le froid s’installe et enfin la pluie marque sa présence en fin de journée. Je n’ai donc pas quitté mes gants et mon manteau malgré les quelques dissuasions matinales du soleil et des températures douces.

J’ai passé sept jours calendaires à New-York mais, dans la suite de cet article, je n’ai pas comptabilisé mes jours d’arrivée et de départ car je n’y ai pas effectué d’activités. Je considère donc avoir passé cinq jours à New-York, rythmés par des visites touristiques essentiellement basées au cœur de Manhattan. Pour profiter un maximum de la ville, j’ai sélectionné les activités parmi celles qui sont proposées dans le Freestyle Pass de Citysightseeing New-York. En plus de permettre de faire des économies sur les attractions, j’ai bénéficié d’une réduction sur le transfert aller-retour aéroport – hôtel à Manhattan en van avec la compagnie GO Airlink.

  • Entre 1 et 7 ° en début Mars

  • 6 H de moins qu'en France
    1 H de moins qu'en Guadeloupe

  • + ou - 4 H de vol Guadeloupe - New-York
    + ou - 8 H de vol Paris - New-York

Jour 1 : Midtown Manhattan

Empire State Building Observatory

C’est au visitor center de l’Empire State Building que j’ai récupéré les coupons du Freestyle Pass. D’ailleurs, aux dernières nouvelles, l’entrée dans ce monument n’est plus inclue dans le Freestyle Pass New-York.

Au moment de mon voyage, le 102ème étage du building était fermé au public. Il fallait donc se contenter de la vue depuis le 86ème étage qui, pour une première expérience, était plutôt rafraîchissante. Honnêtement, le souvenir le plus marquant que j’ai de ce moment est le fait d’avoir les mains gelées. On peut observer la vue depuis la terrasse extérieure protégée par des vitres. Ces installations, bien que présentes pour des raisons de sécurité, gâchent le plaisir de profiter réellement de cette vue. Pour des photos réussies, j’ai pris le risque de mettre mon téléphone entre les paroies vitrées afin de ne pas avoir de reflets. Même si je n’ai pas été pleinement satisfaite de la vue offerte depuis l’extérieur, j’ai apprécié la présence d’éléments retraçant l’histoire de l’édifice.

Hop-on hop-off bus tour Downtown

Cette activité est incontournable à NYC. Je regrette juste d’en avoir profité qu’une fois. Le temps était ventilé ce jour-là. J’avais froid mais je tenais à profiter du spectacle alors je me suis installée sur une place à l’étage du bus avec l’audio guide en français. Ces deux heures trente de circuit m’ont permis de découvrir la ville différemment, de localiser l’emplacement des buildings avec plus de facilité. Lors de cette excursion, j’ai pu avoir un aperçu global des quartiers de Downtown tels que Soho, Little Italy ou Chinatown.

MoMA (Museum Of Modern Art)

S’il y a un musée incontournable à visiter à New-York c’est bien le Museum Of Modern Art alias MoMA. Que l’art soit l’un de tes centres d’intérêt ou pas, je t’assure que tu sauras apprécier l’atmosphère que ce lieu dégage et la diversité des œuvres qui y sont exposées.

Pour admirer les œuvres des plus de 26 000 artistes qui y sont présentées, il faudrait y consacrer une journée entière, d’autant plus qu’après quatre mois de travaux en 2019, le musée s’est agrandit.

Par manque de temps, je n’ai visité qu’un seul niveau sur les sept qui sont ouverts au public, mais je ne saurai préciser lequel.

La visite au MoMA est inclue dans le Freestyle Pass New-York, mais UNIQLO offre également des coupons pour découvrir ce musée gratuitement le vendredi de 17 : 30 à 21 : 00.

Jour 2 : Downtown Manhattan et Midtown Manhattan

9/11 Memorial & Museum

Le 9/11 Memorial se trouve à l’exact emplacement des tours jumelles qui, aujourd’hui, est occupé par des bassins. Le nom de chaque victime qui y a perdu la vie lors des attentats du 11 Septembre 2001 y est gravé. C’est un lieu de recueillement qui permet de se rendre réellement compte de l’ampleur de cette catastrophe.

Après y avoir passé quelques minutes, je me suis dirigée vers le 9/11 Museum, placé juste sous le 9/11 Memorial. On peut d’ailleurs y observer le soubassement des bassins. On y découvre quelques vestiges des tours jumelles, des reliques ainsi que des explications sur le déroulement de cet évènement. Parcourir ce musée est littéralement un cheminement d’émotions.

Après tout cela, j’ai apaisé ma faim au restaurant Eataly du centre commercial Westfield World Trade Center qui se trouve dans la gare à l’architecture étonnante d’Oculus, situé à quelques minutes à pied. L’artiste qui est à l’origine de cette oeuvre n’est autre que Santiago Calatrava Valls. Si l’architecture de la gare TGV de Lyon Saint-Exupéry t’est familière, c’est parce que cet architecte en est aussi le concepteur.

One World Observatory

La journée s’est poursuivie au One World Observatory. Pour démarrer la visite de ce lieu incontournable, il faut subir l’épreuve de la queue qui semble interminable. Grâce au Freestyle Pass, mon billet coupe-file m’a permis d’accéder à l’enceinte du gratte-ciel plus rapidement. L’expérience commence à peine après avoir mis les pieds dans l’un des Skypod, ascenseurs les plus rapides du monde. Ses parois affichent l’évolution spectaculaire de New-York, en moins de cinquante secondes, jusqu’à l’ouverture des portes au 100ème étage. Des fenêtres immenses permettent d’avoir une vue étonnante depuis l’observatoire le plus haut de New-York. Les plus réticents au vide pourront tester leur peur en marchant au-dessus de la ville sur une vitre à environ 400 mètres de hauteur. Trève de plaisanterie, il ne s’agit que d’images en temps réelle du quartier depuis une vue aérienne.

La vue offerte derrière les baies vitrées est magnifique. Il n’y a pas de terrasse extérieure alors malheureusement on est confronté à l’inconvénient des photos avec les reflets apparents sur les vitres.

Même s’il est possible de manger au 101ème étage de ce monument, j’ai préféré finir la journée sur une note d’humour.

Je suis navrée pour la qualité des photos qui n’est pas géniale.

Ripley's Believe It or Not

Après une si longue journée, il est réconfortant de passer un moment dans un lieu déjanté et conçu pour faire rire. Le musée insolite Ripley’s Believe It or Not, situé à Times Square, m’a procuré de la joie, m’a permis d’oublier la fatigue cumulée et d’immortaliser des sourires.

Jour 3 : Liberty island, Ellis island et Midtown Manhattan

La statue de la Liberté & Ellis island

Il faut s’y prendre tôt pour éviter plusieurs heures d’attente avant d’embarquer dans la navette fluviale au départ de Battery Park. Il faut savoir que des contrôles aussi sérieux qu’un passage de frontière sont effectués en pénétrant le bâtiment du port.

La première escale a lieu à Liberty island qui est, comme son nom l’indique le lieu qui a été choisi pour recevoir la Statue de la Liberté. Malheureusement, à l’époque de mon voyage, l’île était en travaux car la construction d’un musée était en cours. De plus, des travaux d’entretien avaient lieu à ce moment-là au pied de la statue. Quoi qu’il en soit, je n’ai pas eu la chance de mettre les pieds ni au niveau du socle de la statue, et encore moins au sommet le plus haut car, pour y accéder, il est conseillé de réserver ses tickets plusieurs mois à l’avance. Le tour de la statue se fait assez rapidement et la vue de Manhattan depuis Liberty island est plus qu’agréable.

La deuxième étape de cette escapade était la découverte du musée d’Ellis island. C’était un moment bouleversant et très instructif. Pour en profiter pleinement, je recommande de prendre les audioguides. J’aurais voulu y passer plus de temps mais la fatigue et la lombalgie ont eu raison de moi. Ce lieu plein d’Histoire symbolise l’origine même des États-Unis : la diversité, l’acharnement à la tâche pour offrir un avenir meilleur à ses enfants, mais aussi la souffrance. La sélection des futurs citoyens américains se faisait à cet endroit puisque tout le monde, sans aucune exception, subissait des examens médicaux. Selon la gravité des problèmes de santé détectés, les immigrés se faisaient soigner et étaient soit autorisés à fouler le sol américain, soit renvoyés à leur port de départ. Des familles ont souvent été séparées de cette façon. 

Rockefeller Center tour - Top of the Rock observation deck

Ce point de vue de Manhattan est sans aucun doute mon préféré. Ce n’est peut-être pas le plus haut mais la vue panoramique de la ville est réellement exceptionnelle. Ici pas de structures métalliques dans lesquelles les parois vitrées sont jointes : il n’y a aucun obstacle venant « gâcher » cette vue sur le rooftop perché au 70ème étage du Rockefeller Center. Je pense que c’est le spot le plus intéressant pour immortaliser la vue panoramique de Manhattan.

Jour 4 : New-Jersey

The Mills at Jersey Gardens

Situé à environ 40 minutes de NYC en bus, le centre commercial de Jersey Gardens a la réputation de recevoir une clientèle avec des valises. En partant de cet outlet, j’ai regretté de ne pas en avoir apporté car j’ai cédé à la tentation.

En effet, je m’attendais à ce que les prix affichés soient similaires à ceux pratiqués en France par les centre commerciaux discount, pour des articles complètement dépassés. Quelle erreur !

J’ai passé plusieurs heures dans la boutique Levi’s où les tarifs étaient si compétitifs que mon stock de jeans a été refait pour plusieurs années. Le store Adidas avait une variété de modèles avec des coloris introuvables en France. La boutique Michael Kors, quant à elle, offrait des réductions de 40% sur absolument tous les articles, y compris ceux de la nouvelle collection. J’ai également beaucoup aimé les articles des boutiques Hollister et Abercrombie & Fitch.

Le site internet du centre commercial possède une rubrique dans laquelle il est expliqué comment s’y rendre. Le ticket de bus aller-retour vaut 14 dollars US au départ de Port Authority Bus Terminal. 

Jour 5 : Uptown Manhattan et Midtown Manhattan

American Museum of Natural History et shopping

Après avoir acheté quelques produits capillaires à Brooklyn, je me suis dirigée vers l’American Museum of Natural History. L’évolution physiologique de l’Homme y est exposée, ainsi que les changements géographiques que New-York a connu depuis sa genèse.

Après la découverte de ce musée, je suis partie vers Times Square pour flâner à Macy’s, Sephora, Best Buy et même Urban Outfitters. Cela a été l’occasion d’expérimenter le sens du service New-Yorkais. Celui-ci est tellement présent que les américains eux-mêmes le trouve trop invasif. À Sephora par exemple, j’ai été reçue par des vendeuses souriantes, agréables qui n’avaient pas l’air blasées (à moins qu’elles soient actrices). Les vendeuses prennent le temps de faire essayer les produits. J’ai été d’autant plus agréablement surprise de cet accueil par le fait que je ne me suis jamais sentie forcée à l’achat.

Je n’ai malheureusement pas pris de photos à l’American Museum of Natural History.

Le bilan de mon séjour à New-York

En écrivant cet article, je me suis rendue compte du fait que le rythme de ces journées passées à New-York était assez soutenu. Malgré cela, j’ai été triste de quitter cette destination sans l’avoir découverte plus en profondeur.

New-York est une ville dynamique dans laquelle on marche beaucoup. Les buildings semblent être proches mais c’est une illusion d’optique dû à leur taille. Je me suis surprise plusieurs fois à marcher trente minutes vers un building que j’évaluais à dix minutes à pied. Il est donc recommandé d’être équipé de chaussures confortables avec un bon maintien et de l’eau pour s’hydrater.

Cinq journées entières sont insuffisantes pour découvrir cet état américain dans son intégralité. J’aimerais y retourner pour avoir une expérience plus authentique et atypique.

Vient l’heure des regrets au moment du bilan : j’aurais dû profiter des hop-on hop-off bus tour plus d’une fois ! En effet, cette attraction peut être utilisée pendant 72 heures successives à compter de la première utilisation du Freestyle Pass. Cela aurait été un moyen de visiter Uptown Manhattan ou le Queens une première fois, puis une deuxième, pour avoir le sentiment d’avoir vu « tout » New-York.

J’aurais pu également me fixer l’objectif d’effectuer une activité insolite quotidienne comme par exemple assister à un spectacle de gospel à Harlem, puis profiter d’une comédie musicale à Broadway le soir d’après.

Un an après avoir découvert New-York, je constate que beaucoup de choses ont changé. Cela est une motivation supplémentaire pour y retourner plus longtemps avec une plus grande diversité d’excursions et une meilleure organisation.

Quelques informations importantes

  • Valable deux ans, l’ESTA est indispensable pour mettre les pieds sur le sol américain. Pour l’obtenir, il suffit d’en faire la demande sur le site officiel, muni d’un passeport en cours de validité.
  • Réserver ton hébergement suffisamment tôt pour des raisons de disponibilités mais aussi parce que c’est une information indispensable pour la délivrance de l’ESTA.
  • New-York est une ville qui bouchonne énormément ! Si tu choisis le transfert aéroport-hôtel - et inversement - en taxi, prépare-toi à y passer un très long moment car les embouteillages n’y sont pas anodins.
  • Assure-toi que ton forfait mobile inclut la consommation de data depuis les États-Unis. À l’époque j’avais un forfait B&You qui n’avait pas cette option. J’ai donc pris une SIM dans une borne Free, valable un mois, sans engagement, pour 29,99 euros.
  • N’oublie pas ton adaptateur de prises électriques car les prises américaines sont différentes de celles que nous utilisons en France.
  • Pense à prendre les meilleures dispositions pour que le change monétaire soit économique. Au moment où j’ai effectué ce voyage, j’ai commandé une carte Travelex que j’ai récupéré directement dans leur bureau de change à l’aéroport. Je la rechargeais sur internet en entrant les coordonnées de ma carte bancaire. Cette solution m’a permis d’effectuer des paiements par carte sans ajouter de taxe à chaque utilisation. Depuis ce séjour, je me suis tournée vers la carte Revolut à laquelle un compte bancaire est lié. Je peux y mettre plusieurs devises à la fois, la gérer depuis l’application, transférer et demander de l’argent à d’autres utilisateurs de l’application.
  • J'ai détaillé toutes ces informations dans un guide pratique très détaillé.

J’espère que cet article t’a donné envie de découvrir New-York. Et si tu y as déjà été, peut-être aurais-tu quelques recommandations à partager. Exprime-toi en me laissant en commentaire, je me ferai un plaisir de te lire et de te répondre.

Sommaire
    Add a header to begin generating the table of contents
    Scroll to Top

    Que penses-tu de cet article ?

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      S’abonner  
    Notifier de

    Découvre les autres articles de cette catégorie

    avis-androcur
    Lifestyle
    Mon expérience avec Androcur
    En savoir plus
    carte-honfleur-etretat
    Lifestyle
    Une journée en Normandie
    En savoir plus
    vue-sur-manhattan-depuis-liberty-island
    Lifestyle
    Guide pratique pour partir à New-York
    En savoir plus

    S'abonner à la newsletter